FR DE

Fendant du Valais
Historique du Fendant
Le Valais terroir du Fendant
Travail du Fendant
Les vins
Mondial du Chasselas
Gutedel - Fendant
Vidéos
Accords mets vins
Tourisme en Valais
Liens
Contact

Historique du Fendant

Le Fendant

Les origines

Il est toujours difficile de citer l’origine exacte d’un cépage mais l’on peut se tenir à cette présomption : l’origine d’un cépage dérive du pays où sa culture est la plus répandue et la plus ancienne. Or de ce point de vue, pas de doute : le Chasselas est le raisin suisse par excellence.

En effet, les plus anciens actes parlant du vin blanc dans le Bassin Lémanique datent de 1202. On retrouve des traces du Chasselas, quant à lui, dès le XIVe siècle. A partir de 1848, le Fendant devient le moteur du développement commercial des caves valaisannes et fait l'objet d'une promotion active, au point de supplanter les anciens cépages autochtones. Dès 1936, les Valaisans se battent pour protéger cette appellation convoitée par les producteurs genevois et vaudois. Le Fendant du Valais obtient son appellation protégée en 1966.

Malgré la réhabilitation réussie des spécialités autochtones, le Fendant reste le roi des vins valaisans.

Les origines du Chasselas

L'analyse génétique permet de remonter la piste du Chasselas. Le généticien et ampélographe José Vouillamoz nous révèle ses origines dans une vidéo de Paul Vetter.

Une longue histoire

Domaine du Mont d'Or

Domaine du Mont d'Or

La constitution du Domaine du Mont d'Or par le Vaudois François-Eugène Masson sur le versant sud-ouest de la colline de Montorge en 1848 est emblématique de l'histoire de la vitiviniculture valaisanne moderne.

Lors de son passage en Valais au cours du conflit du Sonderbund en 1847, ce sergent-major originaire de Territet (Montreux) est persuadé du haut potentiel viticole des terres de la région de Sion.

Un an plus tard, il acquiert ses premiers terrains au Pont-de-la-Morge et commence un long travail de création de parchets sur des terres jusqu'alors incultes : il les fait défricher, les pierres en sont extraites puis réutilisées pour la création des nombreux murs de soutènement, les terrains sont défoncés, engraissés et nivelés avant d'être plantés avec des barbues de Chasselas qu'il importe de son canton de Vaud natal.

Le gel et la sécheresse mettent à mal l’entreprise durant les premières années. Afin d’irriguer ces parchets séchards, Masson fait installer une pompe à vapeur qui tire l’eau des marais de la plaine du Pont-de-la-Morge. Mal adapté, le système est remplacé par la construction d’un bisse qui amène l’eau depuis le petit lac de Montorge. Cette entreprise onéreuse est réalisée en association avec L. de Sepibus et J. Bumann. L’apport régulier en eau permet d’accroître les rendements et d’obtenir des récoltes régulières. En parallèle François-Eugène Masson construit une habitation et une cave taillée dans le rocher avec un pressoir et une importante futaille.

Aujourd'hui, le Domaine du Mont d'Or est un vignoble d’exception, aussi réputé pour être le précurseur des producteurs de Grains Nobles et autres vins doux en Valais.


Maurice Gay

Maurice Gay

Jean Gay crée sa cave à l'avenue de la Gare à Sion en 1883. Le vin qui y est élaboré est destiné à alimenter le Buffet de la Gare dont il est gérant. Peu à peu il reçoit la récolte d’autres vignerons.

Jean Gay est par la suite secondé par son fils Maurice qui développe un commerce de fruits : il plante des milliers d’arbres fruitiers sur les terres assainies de la plaine à Uvrier. Afin d’assurer l’écoulement des récoltes, ils se lancent dans la distillation.

Suite au décès de Maurice (1948) la société Jean Gay & Cie est transformée en Maurice Gay SA. Face au développement de Sion, la direction décide la construction de nouvelles installations au cœur du vignoble.

Ainsi, en 1988, la nouvelle Cave Maurice Gay est inaugurée à Chamoson (Ravanay). Elle permet d’encaver plus de trois millions de litres. Aujourd'hui, Maurice Gay est propriétaire d’une vingtaine d’hectares de vignes et encave la récolte de quelque quatre cents vignerons.


Cave St Georges

Cave St Georges

Fondée en 1961, la Cave St Georges met tout en œuvre depuis plus de 50 ans pour sublimer la richesse d’expression des cépages valaisans.

Lorsqu’il crée son entreprise en 1961, Georges Clavien sait que son patronyme s’affiche déjà dans de nombreuses raisons sociales vinicoles du Valais.

Pour l’enseigne de son nouveau négoce, il lui préfère son prénom afin d’éviter toute confusion. Dès lors, le fameux Saint Georges terrassant le dragon devient le symbole chevaleresque de la société.


Cave St-Pierre

Cave St-Pierre Chamoson Valais

La Cave St-Pierre est présente depuis 40 ans au cœur du superbe vignoble de Chamoson. La maison a traversé sans vagues ces quatre décennies, dirigée par Pierre Crittin jusqu’en 2001, puis par son fils Claude qui poursuit une politique résolument axée sur la qualité.

Afin de présenter des vins de grande qualité, la Cave St-Pierre s’est dotée d’installations de haut niveau. Lors de la construction des locaux au cœur de Ravanay, un des terroirs les plus célèbres de la Commune de Chamoson, Pierre Crittin a fait office de précurseur.


Henri Badoux SA

Henri Badoux SA

Depuis 2008, Henri Badoux SA propose une gamme de vins valaisans, à l’enseigne du Lézard. Les spécialités valaisannes. Heida, Muscat, Petite Arvine, Humagne et Johannisberg accompagnent le Fendant Sept Dizains.

Vinifiés par Daniel Dufaux, ces vins représentent dignement les produits valaisans dans la restauration, la distribution spécialisée et auprès des amateurs avertis.